Echange Slovénie Partie 2

Suite et fin de l’échange franco-slovène au lycée Paul Héroult

Elles furent très longues les embrassades, ils furent interminables les adieux. Et il a fallu forcer les élèves à monter dans le car pour reprendre le chemin de la France. Ces scènes étaient touchantes et surtout révélatrices du beau succès qu’a été cet échange.

Les élèves ont passé beaucoup de bon temps ensemble, que ce soit lors des activités organisées par les enseignants ou pendant leur temps libre. Ils ont également été obligés de communiquer dans une langue ou une autre renforçant ainsi leurs compétences linguistiques ; ils ont dû s’adapter aux rythmes et coutumes de l’autre pays ; ils ont également découvert la richesse d’autres espaces et élargi leur vision du monde. Bref cela a été une expérience enrichissante.

Pendant cette semaine à Ljubljana, les jeunes Mauriennais ont eu un programme intense mais très varié et bien équilibré. Cela a débuté par des activités pédagogiques avec des cours en commun qui ont associé Français et Slovènes pour des exercices linguistiques, tout comme lors de la préparation de la soirée finale qui les a fait collaborer pour présenter un bilan de leur aventure. Le deuxième jour, lors de la visite de la ville, les élèves ont rencontré les responsables de l’Institut français qui a en charge la diffusion de la culture française en Slovénie ; puis le groupe a grimpé la colline jusqu’au château qui surplombe la capitale avant de bénéficier de la visite guidée de la ville. Les excursions des jours suivants avaient pour objectifs les plus beaux endroits du pays : souterrains comme l’impressionnante grotte de Skocjan – une des merveilles karstiques du monde caché de la Slovénie ; côtiers comme la petite ville vénitienne de Piran, perle du court littoral slovène (46 km) de laquelle on voit à proximité immédiate au sud la Croatie et au Nord l’Italie ; montagnard comme le lac de Bled au pied du sommet emblématique qu’est le Triglav, 2 864m et symbole de la Slovénie. Les jeunes ont également eu tout loisir de s’amuser les après-midis au cours desquels les cours n’ont généralement pas lieu, et le dernier samedi d’avant départ.

Alors quel bilan de cet échange après ces deux semaines dans nos deux pays ? Au minimum c’était un beau voyage et une expérience humaine enrichissante. Rien que cela est déjà très satisfaisant. Mais plusieurs élèves ont déjà émis le vœu de se rendre chez leurs correspondants dès cet été et de renforcer cette amitié internationale. Quoiqu’il en soit, c’est ainsi, concrètement, que se forgent l’identité européenne et la citoyenneté dont notre continent a tellement besoin.

M. Benjamin Debomy